Des dés à jouer

Des chiffres et des lettres spirituels

On joue à quoi ? A chance ? Hasard ? Calcul ? Probabilité ?

Pour gagner ? contre qui ? contre quoi ? Pourquoi ? Avec qui ? Ensemble ? A quoi ça rime ?

Les règles ? Faut-il des règles ? et lesquelles ? Celles qui me font gagner ? ou perdre ?

Mauvais chiffres, mauvaises lettres ? mauvaise vie, mauvais joueurs, mauvais perdants, les dés sont pipés ?

Gagner quoi ? perdre quoi ?

Un dé, 6 faces et 7 chiffres

Lorsque j’observe un dé : si on additionne les deux chiffres des côtés opposés on obtient toujours un 7. Le chiffre parfait. Chaque chiffre représente symboliquement des valeurs abstraites, des pensées philosophiques, ou métaphores en ce qui concerne l’Homme.

On joue avec les chiffres, on crée des nombres, on calcule, on pose des équations etc.

Peut-on également jouer avec les lettres ? on crée des mots ! Jeux de mots ! Peut-on interpréter des mots, des phrases, des histoires ?

Dans la philosophie hébraïque :  tout est symbole, tout est interprétation…rien n’est immuable, rien est figé, il n’y a pas de vérité ! Tout est en devenir !

Ce matin je vous propose une nouvelle application, un chemin de vie symbolique, une initiation, une nouvelle clé de lecture ; à l’aide de chiffres ou de lettres de l’alphabet hébraïque.

Le monde, tout comme chacun d’entre-nous, devrait faire une sérieuse mise à jour spirituelle.

A chacun de trouver le sens qui lui semble bon ; à chacun de reconstruire le sens, et pourquoi pas en jouant au dé.

Face d'un dé à jouerUn : le UN, l’Unique, l’infini, l’indivisible.

Lettre est Aleph, l’alpha, qui représente aussi l’Enseignement,

en hébreux la racine du mot « EL » = « Dieu » vient de la racine oulaï : qui veut dire « peut-être » Emmanu_EL, l’autre nom de Jésus de Nazareth, « je suis avec vous », fils de l’Homme ; Peut_devenir un Être, peut-être

…..

Face 2 d'un déDeux : Le dual, la division, ou un et un, Je et Tu

Représente le Beth, la Maison, mon lieu, ma sécurité, mes principes, mes convictions,

Le bon et le mauvais, la vie et la mort ;  mais pour m’accomplir

Je dois tout quitter pour pouvoir me retrouver pour retrouver le UN :

Exemple pour Abraham, Dieu lui dit :

« Abraham, quitte tout, tes principes, tes convictions, tes idoles, quitte tout et va vers toi-même, vers TU ; fais confiance à ma promesse ! »  Je suis le début et la fin de ton histoire.

Face 3 d'un dé Trois : le triangle, l’équilibre des tensions

Représente le C : Chameau : tourne le dos à la maison (beth) il permet de quitter la maison pour aller à la rencontre de soi-même. Il permet de ne pas rester figé spirituellement dans son confort, dans ses convictions, et d’être toujours en mouvement. IL nous emmène à travers nos déserts ! Le chameau relie les oasis et les villes, et permet de relier les hommes. Jésus aussi est allé au désert, dans son désert et a dû le traverser, afin d’être épuré !

…..

Face 4 d'un déQuatre : les points cardinaux, les 4 éléments, la stabilité, l’assise

Représente la Porte, repérer la porte, ouvrir une porte, passer une porte, être porté par … quelqu’un, ou par une idée, par une espérance. Laisser toujours une porte ouverte pour l’autre… l’autre fait de même… et le courant peut passer…. le courant de l’esprit, qui me fait prendre conscience que nous sommes des fils de l’Homme, des Mensch’s, en devenir,

 

 

Face 5 d'un déCinq : les 5 sens, les 5 doigts, il représente l’homme,

Représente le ,  Souffle : inspirer, expirer, inspiration- création ; recevoir-donner, accueillir-remercier. La prière en mouvement.  Il faut savoir dire MERCI à la VIE ; la reconnaissance. C’est l’humain qui deviendra l’homme, l’homme responsable.

 

 

Face 6 d'un déSix : l’imperfection, le jamais atteint, la frustration, l’homme en devenir

Clou, la ligature : Enfoncer le clou ! Clouer le bec. Blesser, abîmer, écorcher ou construire, réparer, fixer, accrocher, assembler,

le cosmos et le chaos, la guerre et la paix, imperfection à vie !

 

Et la vie dans tout cela ?

Nous sommes tous invité à vivre pleinement la Vie avec tout ce qu’elle nous offre, et de brancher notre conscience en mode éveil. Il nous faut découvrir et tracer un chemin, à l’aide de moyens à notre disposition. Exemple : La Bible est pleine de textes symboliques, à découvrir, à ruminer, à assimiler, à interpréter à partager ; c’est là… quand deux ou trois sont réunis que ça se passe ; partager la Vie, les histoires, le vécu, les rencontres.

Des lettres qui en disent long…

L’enseignement, c’est notre nourriture qui nous permet de grandir, de nous épanouir, de nous accomplir, et cela ensemble. Il faut être plusieurs pour jouer la Vie, et de vivre. Prenons les chiffres, ou les lettres de l’alphabet : Je vous propose la lettre Beth, la maison, le lieu. Ce Beth il faut le quitter pour devenir l’homme (femme) accompli.

Adam doit, quitter le jardin d’Eden, c’est-à-dire l’innocence et l’ignorance pour affronter le monde réel à la sueur de son front et pour entrer dans la pensée consciente. L’animal humain doit devenir une personne.

Noé doit quitter l’enfermement sécuritaire de l’intérieur de l’arche ; il doit sortir pour planter sa vigne d’ivresse ; ça correspond à la révélation de l’Âme mystique.

Abraham doit quitter les idolâtries de la maison de son père pour partir vers la promesse.

Ça correspond à la libération des hommes du paganisme et de l’idolâtrie.

Moïse doit quitter, les esclavages de la maison de servitude et partir au désert avec ce peuple indocile ;  ça correspond à la libération de tous les esclavages.

Nous aussi devons quitter ce qui nous semble acquis. Nous sommes tous des hommes en devenir, des hommes responsables, qui avons une mission à accomplir. C’est à dire de servir et de garder ; servir et non piller, garder et non saccager, l’homme est le gardien et le responsable de sa vie et de celle des autres. Sors, quitte, pars, et assume-toi en adulte libre et responsable. N’a-t-on pas appelé Jésus fils de l’Homme ?

L’homme, ce « qu’est-ce que c’est ? »

L’homme dans l’écriture hébraïque signifie : qu’est-ce, qui est-ce ? L’homme est une question ! Et le mot Dieu, signifie « Peut-être ? ». Nous, cherchons des réponses d’humains, à nos questions alors que nous sommes invité à nous poser les bonnes questions.

L’homme a placé Dieu, ce « peut-être », à l’extérieur de lui, dans un ciel, quelque part !

Nous nous réfugions dans un Dieu extérieur à nous, dans un ciel, loin de nous, alors qu’il est depuis notre naissance en nous, en chacun de nous. Mais voilà, ça veut dire quoi, Dieu ?

Celui que nous nommons « Dieu », les juifs ne le nomme pas.

Les 4 consommes YHWH, signifient « peut-être ». Dieu peut éventuellement, être ; peut-être deviendra-t-il avec nous ? Nous deviendrons avec LUI ; il y a alliance : EmmanuEL,

Peut-être avec nous ! « Peut-être » Il n’y a aucune certitude au sujet de Dieu (et ça dépend ce que chacun met derrière ce mot, Dieu)

Il n’y a qu’un seul Dieu, lequel ?

Il n’est pas quelqu’un ou un principe tangible, il n’est pas un objet qui existe !

Dieu, la foi, la croyance, n’existent pas ! Ils ne sont pas des objets des quelques choses, à saisir, on ne prend pas ce qui est insaisissable et infini ; celui qui dit je com_prends, celui qui main_ tient dé_tenir la vérité ; celui qui saisit par sa pensée ce que Dieu pense, celui qui veut ob_tenir une preuve, est dans l’erreur totale ! Il s’est fabriqué une idole, un objet, un dieu doudou qui console. La parole est figée, dogmatisée, et on retombe dans le mérite, la magie, l’idolâtrie, la croyance !

L’insaisissable, ce presque rien, « ce peut être » que nous nommons « Dieu » dont nul n’est certain mais que chacun imagine ! Peut-être personnifié en Jésus de Nazareth, un fils d’Homme Eveillé, un exemple dont on devrait s’inspirer ! Message et exemple à redécouvrir, non pas à travers la religion, mais à travers la vie pratique, le partage, et le Vivre la Vie !

Jouons cartes sur table !

Alors ! Jouons cartes sur table, lançons nos dés, jouons notre alphabet de la Vie, Vivons à vivre ensemble, à grandir ensemble, à nous réaliser, à fructifier et à multiplier, à nous épanouir avec, ce + , ce « peut-être » qui nous donnera de la force, de l’espérance, et tout ce dont nous avons besoin !

A chacun de nous de le découvrir et de l’expérimenter, mais avec un Autre, avec un TU.

Comment aimer son prochain ? Alors qu’on ne s’aime pas vraiment, nous pourrions dire :  Tu aimeras, pour ton prochain, c’est-à-dire de toujours laisser une place pour l’autre ;  Alors si je prends la 2ème lettre, le BETH, BETHLEEM, la maison du pain, ou se crée, et où se fabrique le pain, le lieu où l’on se rencontre, le co_pain, celui avec qui je partage le pain, celui avec qui je casse la croûte , briser ce qui est dur en moi, break, brechen, un mot proche de bread, brot, brother, bruder, (traduit en frère ou sœur) dans la vie

Si j’arrive à aimer pour lui ou elle, c’est gagné, // Descartes a dit « je pense donc je suis » // Jésus propose d’autres cartes, d’autres valeurs « Tu es, donc j’existe » et entre il y a ce petit souffle ténu, fragile qui fait : Que quoi que l’on souffre, que l’on aime, que l’on vive des moments de tristesse ou de joie, même que l’on meurt,

La vie est un tout, avec « peut-être », ce presque rien qui malgré tout nous dépasse complétement et qui est une formidable espérance en la VIE.

Amen, et que ça soit ainsi, tout le reste, n’est que garniture et vous en ferez ce que vous voudrez…

Amitiés Stefan 24

Retrouvez l’intégralité du culte. Cliquez sur la flèche de lecture, fermez les yeux et laissez vous porter.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :