L’Église n’est pas un club

Culte à l’emporter du dimanche 7 juin 2020, Trinité

Bienvenue !

Forme De Coeur, Coeur Rouge, L'Amour, Romance, Passion
Vous pouvez mettre une main sur votre cœur, le sentir battre, et penser au cœur de tous les gens que vous aimez et qui vous aiment. Devant Dieu, frères et sœurs, nous sommes vivants ! MERCI Seigneur.

« Pourquoi l’Evangile est-il une Bonne Nouvelle ? Parce qu’en se faisant homme, Dieu déserte les représentations dans lesquelles nous l’avions confiné ! » Esprit sainf

Que cette Bonne Nouvelle nous apporte un sourire, une bouffée de joie. Notre Dieu n’est pas lointain, glorieux, inaccessible. Il est proche, Très-Bas, tout près de nous. Il l’a voulu ainsi ; c’est pourquoi ce matin nous pouvons l’accueillir, là où nous sommes, tels que nous sommes, et en communion de pensée les uns avec les autres. Le cœur battant, les mains ouvertes, tout simplement. Merci Seigneur de nous rencontrer à notre hauteur, de nous aimer si largement et si profondément. Loué sois-tu !

Prière de louange

On dit que tu nous parles,
mais je n’ai jamais entendu ta voix de mes propres oreilles ;
les seules voix que j’entends, ce sont des voix fraternelles
qui me disent les paroles essentielles.
On dit que tu fais route avec nous,
mais je ne t’ai jamais surpris à mêler tes pas à ma propre marche ;
les seuls compagnons que je connaisse,
ce sont des êtres fraternels qui partagent la pluie, le vent, le soleil.
On dit que tu nous aimes,
mais je n’ai jamais senti ta main se poser sur mes propres épaules ;
les seules mains que j’éprouve, ce sont des mains fraternelles
qui étreignent, consolent et accompagnent.
Mais si c’est toi, ô mon Dieu, qui m’offres ces voix, ces compagnons, ces mains,
alors, au cœur du silence et de l’absence,
Tu deviens, par tous ces frères et sœurs, parole et présence ! Béni sois-tu. Amen.

« O ma joie et mon espérance », Alléluia 61-37, p.940

Lectures

Épitre aux Romains 3. 21-28

Mais maintenant, en dehors de la loi, la justice de Dieu attestée par la loi et les prophètes s’est manifestée, justice de Dieu, par la foi de Jésus-Christ, pour tous ceux qui croient. Car il n’y a pas de distinction : tous, en effet, ont pêché et sont privés de la gloire de Dieu ; et c’est gratuitement qu’ils sont justifiés par sa grâce, au moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ.(…) dans sa tolérance, Dieu a voulu montrer sa justice dans le temps présent pour être juste tout en justifiant celui qui relève de la foi de Jésus.

Évangile de Matthieu 9. 9-13

En passant plus loin, Jésus vit un homme appelé Matthieu, assis au bureau des taxes. Il lui dit : suis-moi. Celui-ci se leva et le suivit. Comme il était à table, dans la maison, beaucoup de collecteurs de taxes et de pécheurs étaient venus prendre place avec Jésus et ses disciples Voyant cela, les Pharisiens disaient à ses disciples : pourquoi votre maître mange-t-il avec les collecteurs de taxes et les pécheurs ?

Des chiffres, un bureau
Jésus, qui avait entendu, dit : ce ne sont pas les bien-portants qui ont besoin de médecin, mais les malades. Allez apprendre ce que signifie : Je veux la compassion et non le sacrifice ; car je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs.

Message

C’est là qu’on voit que Jésus n’est pas venu pour fonder une sorte de club réservé aux gens qui n’ont pas de problèmes, et ne contestent pas le système. Il n’est pas venu pour rassembler tous ceux qui croient de la même manière, en conformité avec une Loi, quelle qu’elle soit !

Jésus se met à table avec des gens qui se sont perdus en chemin, ou qui ont choisi un chemin qui les éloigne de leurs prochains ! Dans notre récit, ses hôtes sont ceux qui perçoivent les impôts, probablement pas sans se servir un peu ou beaucoup au passage, voire s’en mettre plein les poches. C’est auprès d’eux qu’il choisit de passer du temps. Il met ses mains dans les même plats qu’eux, il partage leur pain ! Encore une fois, nous voilà dérangés, poussés à sortir ! De nos convictions, de nos fréquentations rassurantes. L’Église n’est pas un club dont les membres sont certifiés conformes, et jamais Jésus n’a voulu qu’elle le devienne.

L’Église est une communauté d’humains envoyés vers les autres, quels qu’ils soient, proches ou lointains, ressemblants ou différents. Non pas pour les évangéliser et tenter de les ramener sur un chemin que nous jugerions droit, mais d’abord, simplement, pour être avec eux, partager avec eux du quotidien, un repas, du pain, un dialogue.

le pain à partager
Être témoin signifie d’abord rencontrer, « être avec » ! Ne pas pincer les lèvres devant la différence ou la difficulté. Ne pas se draper dans son bon droit ou ses propres valeurs. Rester ouvert, ouvrir un espace de rencontre. Banalités ? Pas tant que ça : la tentation de repli se fait de plus en plus grande dans le monde difficile que vous vivons.
Au seuil de la réouverture de notre petit bout du monde, après cette période étrange de semi-confinement, d’annulations et de fermetures diverses, nous pourrions réfléchir à la manière dont nous allons ressortir. Comment allons-nous rencontrer les gens ? Quelle attitude aurons-nous pour être porteurs d’espérance et de consolation loin à la ronde, et pas seulement le dimanche lors des cultes, ou dans les activités qui vont reprendre au sein de la paroisse ?

Dans le passage de l’Évangile de Luc, Jésus dit même, qu’il est venu prioritairement pour rencontrer ceux qui ne « font pas partie du club » ! Alors même si nous nous réjouissons beaucoup de revoir ceux que nous considérons comme « les nôtres », nous voilà mis au défi de nous ouvrir tout grands, de transmettre l’amour inconditionnel de Dieu en Jésus-Christ par notre manière « d’être au monde », que ce soit dans les rues, les magasins, les restaurants, les transports : un sourire, un bonjour, un merci, un pas de côté, quelques bribes de patience en plus, tous ces petits gestes qui sont un surplus de vie, et donc un témoignage à l’Évangile de vie, celui dont nous nous réclamons. N’ayons pas peur, ne nous fermons pas, ouvrons largement…. Avec l’aide du Souffle de Dieu. Amen.

Prions en ouverture vers et pour les autres

Nous venons à toi dans la prière, Seigneur, et c’est une manière de faire place en nous à un autre que nous-mêmes.

Nous venons à toi et c’est une manière de libérer notre regard de ce qui l’encombre, une manière de nous délier du manque de confiance, de la lâcheté ou de la colère qui nous retiennent attachés.

Là où nous sommes tentés de nous replier sur notre amertume, ouvre-nous à la tendresse qui est en toi !

Nous venons à toi, Seigneur, et c’est une manière d’ouvrir en nous un espace
pour que ton Souffle de vie vienne en nous et nous anime.

Là où nous sommes tentés de rester dans nos peurs au point de n’être plus tout à fait vivants, ouvre-nous à la confiance et à l’espérance !

Notre prière, Seigneur, c’est aussi une manière d’accompagner les situations douloureuses et de rendre grâce pour les situations heureuses.

Nous nommons aujourd’hui devant toi ceux et celles qui vivent un temps d’éclatement et de remise en question, un temps de deuil ou de maladie…

Nous nous réjouissons avec celles et ceux qui reprennent pied et qui ont des envies pour demain…

Rends-nous accueillants à ceux et celles qui cherchent leur voie et vivent leur foi autrement que nous !

changer de voieRends-nous capables d’ouvrir des espaces en nous et autour de nous, de témoigner de ton Évangile largement, hors de nos murs et de nos portes, hors de nos principes et de nos conforts.

Préserve-nous de toute suffisance et donne-nous plutôt de témoigner de la largesse du regard que tu poses sur chaque être humain. Amen.

« Il faut qu’en Dieu l’on se confie », Alléluia 47-12, p. 741

Envoi

Quand il dit « croyez en moi », il veut dire « Croyez en vous, prenez votre souffle dans l’en haut, occupez votre place de vivants et n’oubliez pas d’être heureux ; car le Royaume des cieux, celui qui doit venir, commence ici, dans le pas que vous faites à l’instant ».
Francine Carrillo

Bénédiction

Que le Seigneur fasse rayonner l’habit de lumière qu’il a posé sur chacune et chacun de nous, afin que nous devenions passeurs d’espérance et de vie.
Que Jésus, Christ, frère et sauveur, nous accompagne sur nos routes et nos chemins au moment de sortir de nous et de chez nous.
Que l’Esprit Saint, Souffle de vie, nous ouvre largement, pour nous rendre vivants, pleinement, dans le respect mais sans la peur.
Que la paix de Dieu s’inscrive en nous et par nous dans notre entourage. Amen.

« Esprit Saint, Esprit Créateur »,
Alléluia 35-02, p. 475, strophes 1, 4 et 7 (Psaumes et Cantiques 328).

 

3 réflexions au sujet de “L’Église n’est pas un club”

  1. Merci Marie-Laure pour ce message très parlant pour moi! je suis impressionnée par toute la technique qui permet de réaliser ce culte!

    Répondre
  2. Un grand merci à Marie-Laure pour sa prédication et les textes et également à François pour l’accompagnement des chants. Nous avons eu beaucoup de chance durant cette période de recevoir les cultes à domicile et qu’ils resteront pour pouvoir les revoir et les entendre de temps à autre, tranquillement chez soi, ce que j’ai fait aujourd’hui. On se réjouis de vous retrouver à la Blanche Eglise dimanche prochain. En attendant bonne semaine

    Répondre
    • Bonjour,
      Merci de votre écho positif. Ca a aussi été une joie pour nous de vous proposer ces cultes à l’emporter. Ils resteront accessibles sur le site sur la page Célébrer à distance ou en cliquant sur ce lien.
      Au plaisir de se revoir dimanche « en vrai ».

      Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :