De la nuit à l’aurore

L’organiste Benjamin Righetti ouvre ce moment mis à part, ce culte à l’emporter, cette célébration à vivre chez soi, en communion avec nous tous.

Il vous est possible de télécharger la version imprimable.

👋 Accueil

«Mais toi, recherche la droiture, l’attachement à Dieu, la foi, l’amour, la patience et la douceur. Combats le bon combat de la foi ! » 1 Timothée 6, 11-12

Il y a dans cette parole de Paul à son ami Timothée une invitation à saisir l’essentiel, à résister, ne pas se tromper, mais à gagner, recevoir, tout engager…  Par les temps qui courent, n’est-ce pas rester attentifs et vigilants, alertes et en éveil de tout ce qu’il nous est offert de bon et de beau, malgré tout ce qu’il faut encore affronter au seuil de cette nouvelle année ?

J’espère que cet accueil vous trouve « combattif » pour trouver les forces de vivre et de croire avec cœur et courage ! Et si ce n’est pas tous les jours le cas, alors que Dieu soit pour vous une ressource pour toujours se relever, lutter, tenir bon, mais aussi confier, remettre et prier. Sans se lasser.

Les Mains, Prier, Prière, Mains Priant

🕯Prière

Bénis sois-tu, Seigneur, pour la patience et la tendresse qui t’habitent : elles me font grandir et vivre vraiment !

Quand l’envie me guette de me relâcher, de fuir ou de tout abandonner, Tu viens me redonner un souffle et une direction pour avancer

Quand l’agacement et l’ennui m’envahissent, Tu déposes en moi une parole de paix qui me réconcilie

Quand les mesquineries et l’égoïsme m’agressent, Tu me montres les côtés ensoleillés de chacune et de chacun

Toi Seigneur, tu m’éveilles à chaque nouveau jour pour en découvrir les merveilles et les beautés

Que ton Esprit nous soit donné avec générosité ! Amen

 

 

📖 Lecture : Genèse 32, 22-32

Jacob envoya devant lui des messagers à son frère Esaü pour lui dire :

– Ton humble serviteur Jacob te fait dire ceci : j’ai émigré chez Laban et j’y ai prolongé mon séjour jusqu’à maintenant. Je possède des bœufs et des ânes, des moutons et des chèvres, des serviteurs et des servantes. J’envoie des messagers te l’annoncer, mon seigneur, pour que tu me fasses bon accueil.

Les messagers revinrent dire à Jacob :

– Nous sommes allés trouver ton frère Esaü. Il marche à ta rencontre avec 400 hommes.

Jacob fut saisi d’une grande peur. Il sépara en deux groupes. Il se disait : « Si Esaü s’attaque à un groupe, l’autre pourra échapper ».

Jacob s’installa pour passer la nuit à cet endroit. Dans ce qu’il possédait, il choisit un cadeau pour son frère Esaü : 200 chèvres et 20 boucs, 200 brebis et 20 béliers, 32 chamelles et leurs petits, 40 vaches et 10 taureaux, 20 ânesses et 10 ânes. (…)

Au cours de la nuit, Jacob se leva, prit ses deux femmes, ses deux servantes et ses 11 enfants. Il leur fit traverser le gué de Yabboq avec tout ce qu’il possédait. Il resta seul, et quelqu’un lutta avec lui jusqu’à la pointe de l’aurore. Quand l’adversaire vit qu’il ne pouvait pas vaincre Jacob dans cette lutte, il le frappa à l’articulation de la hanche, et celle-ci se déboîta. Il dit alors :

– Laisse-moi partir, car voici l’aurore.

– Je ne te laisserai pas partir si tu ne me bénis pas, répliqua Jacob.

L’autre lui demanda :

– Comment t’appelles-tu ?

– Jacob, répondit-il.

L’autre reprit :

– On ne t’appellera plus Jacob mais Israël, car tu as lutté contre Dieu et contre les hommes, et tu as été le plus fort.

Jacob demanda :

– Dis-moi donc quel est ton nom.

– Pourquoi donc me demandes-tu mon nom ? répondit-il.

Alors il bénit Jacob.

Celui-ci déclara :

– J’ai vu Dieu face à face et je suis encore en vie.

C’est pourquoi il nomma cet endroit Penouel – ce qui veut dire « Visage de Dieu ». Quand le soleil se leva, Jacob avait passé le gué de Penouel. Il boitait à cause de sa hanche.

(…) Esaü courut à sa rencontre, se jeta à son cou et l’embrassa. Ils se mirent tous deux à pleurer.

Budapest, Sculpture, L'Homme, Dragon

💬 Message : un combat en pleine nuit ?

 

Un agresseur qui s’attaque à Jacob, sans crier gare ni explications ? Est-ce un homme, un ange, ou même Dieu comme le dira plus tard Jacob ? Mais Dieu se bat-il contre nous ?

Vraiment, qu’elle est mystérieuse cette histoire de Jacob !  Après les lentilles voilà un vrai plat de résistance !

Car ce n’est ni un jeu, un amusement ou une simple bagarre. On sent bien que c’est une lutte pour une survie, à la vie et à la mort, en cette nuit là.

Un homme qui se bat avec l’énergie de l’espoir d’avoir le dessus… qui se relève, retombe, va jusqu’au bout de ses forces… c’est le combat de Jacob !

Et pourtant, Jacob, c’est le contraire d’un lutteur. Il est plutôt le préféré à sa maman, celui qui mange de la soupe, et qui est plus à l’aise à la maison plutôt que de partir à la chasse comme son frère Esaü.

Alors s’il n’est pas un « batailleur »,  il compense par la ruse, la débrouillardise, mais aussi par le mensonge le fait qu’il ni l’aîné ni très costaud…

Rappelez-vous : il usurpe le droit d’aînesse et vole à son père aveugle la bénédiction qui devait revenir à son frère en se faisant passer pour lui. A la suite de quoi, il prend la fuite pour éviter d’affronter la colère, légitime, d’Esaü.

Et puis quand il est chez son beau-père Laban, il est obligé de travailler dur pour se constituer un troupeau et épouser celle qu’il aime. Mais là aussi, il procède à de petits arrangements ….  Incapable d’affronter directement Laban à qui il offre de nombreuses années de travail, il se voit à son tour dupé. Là encore, il prend la fuite comme un lâche.

Mais l’histoire le rattrape, son passé le poursuit, malgré le capital qu’il a réussi à faire fructifier, son habileté à multiplier les bêtes de son troupeau, Jacob a peur. Il est littéralement terrorisé quand il apprend que son frère marche à sa rencontre avec 400 hommes.

A nouveau, il essaie de s’en tirer en achetant son frère par d’immenses cadeaux, mais sans savoir si ceux-ci auront réussi à apaiser la colère qu’il imagine à la hauteur de sa culpabilité, de la faute qu’il porte en lui.

Car Jacob n’est-ce pas en hébreu, le talon, pour bien dire que déjà à la naissance des jumeaux, il avait pris son frère par derrière, comme un rusé ?

Au fond ce combat, n’est-ce pas pour lui la chance de sa vie ?  Une nouvelle naissance ? De la poussière du sol, voici la recréation d’un homme dont l’identité avait été faussée, tordue, masquée, et qui va sortir de la nuit pour entrer dans la pleine lumière d’un jour nouveau.

Matin, Lever Du Soleil, Femme, Silhouette
 

Une nuit pour changer le mal en bien

La blessure en guérison

La faiblesse en force

La fuite en présence

Le mensonge en vérité

Jacob va lutter jusqu’à la pointe de l’aurore contre un étrange agresseur. Est-ce un homme ? Le combat est tout ce qu’il y a de plus physique. Est-ce un ange ? La manière dont il parle pourrait le confondre avec un messager. Est-ce Dieu lui-même ? C’est Jacob qui le dira comme une reconnaissance après-coup(s).

Peut-être que pour la première fois de sa vie, Jacob est obligé de faire face. Et il ose affronter l’autre avec courage et force, lui qui préférait rester à l’ombre de la tente, dans le calme et la tranquillité !

On ne sait pas toujours contre qui, contre quoi on lutte à travers nos vies. Ces derniers mois nous ont tous bien éprouvés. Il y a pour chacun des luttes secrètes. Des combats au cœur de nos nuits. Des fatigues dans l’attente du jour promis.

On ne sait pas toujours ce que l’épreuve peut nous apporter de positif. Mais peut-être que comme Jacob, l’on pourra dire que dans nos luttes Dieu avait été là. Peut-être qu’on se découvrira alors des forces insoupçonnées. Peut-être qu’il y aura en nous plus de ressources que ce que l’on croit.

Peut-être bien que ce qui nous apparaissait négatif pourra se retourner pour devenir renouveau, recommencement, vitalité, vérité, place donnée, quand on aura traversé la longue nuit avec la confiance que le jour viendra se lever. Peut-être que qu’on se découvrira semblables quand on choisira de se rapprocher.

Quel est le Dieu qui se révèle à Jacob cette nuit-là ? Celui qui garde sa part de mystère et qui pourtant vient nous rejoindre dans la poussière du chemin. Celui qui nous fait naître et renaître à nous-mêmes pour devenir à notre tour frère, sœur, humain. Et c’est parfois un long chemin ! Celui qui fera voir son visage à travers le Christ : lumière qui se lève sur nos nuits. Celui qui enverra son Esprit, afin de nous donner la force de tenir jusqu’à la pointe de l’aurore !

Oui, aujourd’hui Dieu nous donne la certitude d’une bénédiction à emporter. Amen

 

 

🙏🏼 Prions ensemble !

Seigneur,

Tu as permis à Jacob de se retrouver lui-même comme de se tourner vers son frère pour celles et ceux qui traversent des nuits sans fin…

Que se lève l’aube d’un jour nouveau !

Pour ceux qui sont en lutte avec le quotidien, la maladie, les difficultés personnelles, relationnelles ou financières…

Que se lève l’aube d’un jour nouveau !

Pour ceux qui se sont perdus loin d’eux-mêmes et des autres…

Que se lève l’aube d’un jour nouveau !

Pour ceux qui ont soif de pardon et de réconciliation…

Que se lève l’aube d’un jour nouveau !

Pour ceux qui sont à bout de forces, dans l’inquiétude ou le découragement…

Que se lève l’aube d’un jour nouveau !

Sois vainqueur Seigneur, de tous nos combats

Par ton Fils qui a résisté avec force et abandon sur une croix

Par ton Esprit qui vient rallumer en nous la flamme de ton amour

Afin d’être des vivants pour toujours

Répands ta lumière sur tous ceux qui te cherchent et bénis tous les efforts qui tendent à construire la paix

Que la promesse de ton Esprit soit pour nous un encouragement à nous réjouir encore, une nouvelle naissance de chaque jour, un avenir à inventer avec toi, qui vient sur nos chemins nous ouvrir à l’aube des lendemains, Amen

 

🤲 Bénédiction

« Nous avons de la bénédiction une idée qui tire du côté du parapluie. Être béni, selon nous, c’est être à l’abri. La forme suprême de la bénédiction, à nos yeux, c’est de jouir d’une paix royale.

Or, la bénédiction, ce n’est ni d’être à l’abri, ni d’avoir la paix. C’est de connaître la vérité. Et nous ne découvrons la vérité, la plupart du temps, qu’à travers les secousses, les épreuves, les malheurs ; qu’à travers tout le contraire de la petite vie paisible que nous tenons pour une vie bénie.

La plus belle vie que nous puissions vivre, ce n’est ni la plus facile, ni la plus tranquille : c’est la vie dans laquelle, douloureusement souvent, on se rapproche de ce qui est vrai. Tant que nous préférons la tranquillité à la vérité, nous sommes proprement imbénissables ! »

Philippe Zeissig, une minute pour chaque jour

Elle est souvent belle la lumière de l’aube ! claire, transparente, pure…

Que Dieu soit pour tous une aurore qui ouvre nos yeux et nos cœurs

Qu’il tourne vers nous son visage et nous donne la paix

Oui, que le Seigneur nous bénisse et nous garde

Qu’il nous appelle par notre nom pour nous relever

et nous faire grandir en vérité dans cet Aujourd’hui qui nous est donné

Heureux dimanche et lumineuse semaine à venir !

Nous vous disons « au revoir » au sons des orgues de la cathédrale St-François sous les doigts de Benjamin Righetti.

1 réflexion au sujet de « De la nuit à l’aurore »

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :