Une attente patiente

👋 Bienvenue

Pour nous préparer à ce culte à l’emporter de l’entrée dans l’Avent, allumons une bougie et prenons quelques instants pour laisser ces paroles revenir à notre mémoire. Elles sont issues du chant « Trouver dans ma vie ta présence » (45-21) :

Ouvrir quand tu frappes à ma porte
Briser les verrous de la peur
Savoir tout ce que tu m’apportes
Rester et devenir veilleur…

 

La veille sera au cœur de notre célébration. Le temps de l’Avent (dont l’étymologie signifie il vient) est une invitation à rester éveillé et à guetter dans nos vies les signes de la venue du Sauveur. Une invitation à ouvrir grands nos oreilles comme le jeune Samuel qui répondit à une voix qui l’appelait. À ouvrir grands nos yeux, à l’image de Zacharie le prêtre qui a reçu la visite d’un messager. À nous mettre en route comme les mages d’Orient qui scrutaient le ciel et se sont laissés guider par une étoile. À laisser une parole faire son chemin dans notre cœur comme Marie qui repassait (ou ressassait ?) tout ce qui s’était passé. Ils sont nombreux les témoins qui nous invitent à les suivre, à devenir à notre tour des porteurs d’avenir et d’espérance.

📝 Vous pouvez télécharger la version imprimable.

🤲 Prière

Seigneur,

Nous nous tournons vers toi en ce moment, pour de dire notre reconnaissance de pouvoir nous confier à toi en cette entrée dans le temps de l’Avent.

Rends-nous attentifs à tous ces signes qui disent que tu es là au cœur de nos vies, que tu nous visites jour après jour. Libère nos yeux et nos cœurs afin de t’accueillir au travers de ceux et celles que nous rencontrons.

Seigneur,

Rends-nous confiants et patients. Que notre attente soit active, par des paroles et des gestes qui diront que tu es là au cœur de nos partages et de notre Église, même si nos moments communautaires prennent une forme particulière.

Approche-toi de nos frères et nos sœurs qui vivent difficilement ce temps d’isolement. Prends-les dans ta main et place-les sous ton regard.

Seigneur,

Nous pensons à tous les professionnels et les gens de bonne volonté qui s’engagent au quotidien. En ce début de célébration, nous nous sentons proches et solidaires.

Nous te rendons grâce et te bénissons pour la vie qui n’a pas dit son dernier mot

Loué sois-tu aujourd’hui et aux siècles des siècles.

Amen

📖 Lectures

Pour ce qui est du jour ou de l’heure, personne ne le sait, ni les anges dans le ciel, ni le Fils, mais le Père seul.

Prenez garde, veillez et priez ; car vous ne savez quand ce temps viendra. Il en sera comme d’un homme qui, partant pour un voyage, laisse sa maison, remet l’autorité à ses serviteurs, indique à chacun sa tâche, et ordonne au portier de veiller.

Restez donc éveillés, car vous ne savez pas quand le maître de la maisn reviendra : ce sera peut-être le soir, ou au milieu de la nuit, ou au chant du coq, ou le matin. S’il revient tout à coup, il ne faut pas qu’il vous trouve endormis. Ce que je vous dis là, je le dis à tous : restez éveillés !

Évangile de Marc 13, 32-37

 💬 Message

🔊 Vous pouvez écouter le message.

 

Il y a les impatients et ceux qui ont tout leur temps.

Il y a les tourbillons qui vont et qui viennent toujours en coup de vent, et ceux qui tranquillement savent que rien ne se fait dans la précipitation.

Il y a les enfants qui ne peuvent plus attendre Noël et les autres qui trouvent qu’il a déjà commencé bien trop tôt cette année…

Attendre : cela peut prendre tant de visages.

Attendre, laisser les heures, les minutes défiler, c’est parfois long !

Attendre… une rencontre, un mot amical, un appel …

Attendre le bout de la nuit

Attendre un signe, une confirmation, une réponse.

N’est-on pas au cours d’une vie toujours en train d’attendre quelque chose qui devrait se réaliser ? N’y a-t-il pas en nous cette force d’un espoir qui se tend vers un avenir à naître ? N’est-ton pas tous en attente que cette pandémie prenne fin ?

Oui, il y a l’attente d’une nouvelle année, d’une autre saison, d’une éclaircie, d’une amélioration.

Mais aussi l’attente jamais pleinement satisfaite du calme, du repos ou de l’échange, des retrouvailles, de la stabilité, de l’équilibre.

Car n’est-ce pas au plus profond du cœur de chacun qu’il y a toujours un rêve qui sommeille, un désir qui veille, un espoir qui est enfoui ?

Les quatre semaines de l’Avent nous sont données pour nous apprendre à VEILLER.

Voilà un verbe qui éveille – c’est le cas de le dire – tant de souvenirs peut-être au fond de nous !

Veillées au coin d’un feu ou d’un fourneau. Veillées de contes. Veillée à casser des noix. Veille de Noël bien évidemment.

Mais aussi veillée auprès d’un enfant malade. Veillée jusqu’au bout de la nuit pour un proche à bout de forces qui s’en va…

Il y a aussi celles et ceux qui veillent, les veilleuses dans une maison de soins.

Pour ma part, j’en ai connu de ces veilles d’examens qui n’étaient pas de tout repos. Veille d’un événement important comme une opération, où parfois l’insomnie nous gagne. Et voilà que l’on compte les heures.

La veille traverse la bible comme l’attitude la plus vraie, la plus juste de celui qui croit, qui espère et qui attend. « Regarde les étoiles » dit Dieu à Abraham. « Tiens-toi sur la montagne » dit-il à Elie qui a passé toute une nuit dans une grotte. « Vous ne pouvez veiller une heure avec moi » dit Jésus au jardin de Gethsémané à ses disciples qui tombent de sommeil. Le mot bivouac vient d’ailleurs du suisse-allemand : bei wachten, veiller auprès de. Se tenir ensemble.

Veiller, c’est d’abord comme craquer une allumette et allumer la mèche : éveiller ce qui en nous est endormis, éteint. Retrouver un premier regard. Un étonnement. Choisir chaque jour la vie. Raviver son amour pour les êtres et le monde qui nous entourent . Réveiller sa foi en son Dieu par le Christ qui est « lumière du monde ». Laisser l’Esprit nous enflammer.

Veiller n’est-ce pas aussi prendre soin comme on fait attention à ce que la cire ne vienne pas à couler, que la bougie soit toujours bien modelée ? Veiller, c’est faire attention que cette flamme en apparence si forte et belle ne se noie pas, qu’elle ne s’éteigne pas. Car on le sait bien : elle est fragile. Elle a besoin pour cela d’un espace autour d’elle, de paix, pour que l’espérance puisse briller comme aux creux de mains. Il faut l’alimenter cette flamme, la fortifier, la nourrir, l’oxygéner. Protéger ce qui est précieux, c’est briller davantage. Dans la suite des jours, c’est une invitation à mettre en évidence, éclairer de chaleur, porter un regard lumineux.

 

Et puis il y a une expression – bien de chez nous – mais qui parle toute seule : veille-toi ! Non seulement protéger sa flamme, mais aussi la garder des courants d’air, des coups de vent, des bourrasques inattendues. Peut-être qu’il y a aussi un mal en ce monde, souvent méconnu, nié, minimisé, mais qui est bien réel. Et de celui-ci aussi, il  faut se garder, veiller à ce qu’il ne devienne pas un consentement, une facilité, une emprise sur soi lorsque l’on garde la porte trop ouverte, un pouvoir dans sa vie qui nous éblouit. Veiller pour ne pas laisser ce qui est négatif, ce qui divise sournoisement prendre le dessus. Veiller au grain. c’est de la responsabilité de chacun pour plus de transparence et de vérité, pour plus de joie et d’éclat.

Alors « Veillez !» dit Jésus avec ce mot si riche de sens.

« Tu ne peux diminuer l’obscurité, mais tu peux faire grandir la lumière » dit le sage.

Prenons encore quelques instants pour regarder intensément cette bougie que nous avons allumée, et laissons-nous éveiller à cette Présence qui luit. Amen.

 

🙏🏼 Prions pour les autres

Seigneur,

En ce début d’Avent, tu nous appelles à devenir des veilleurs qui sauront garder au cœur de  la nuit une lumière allumée :

Celle de l’espérance qui regarde plus loin que l’inconnu.

Pour celles et ceux qui sont découragés, allume la lumière de la proximité !

Lumière de la paix pour celles et ceux qui sont éreintés, à bout de forces par le travail ou les obligations du quotidien. Viens redire ta promesse d’être en toi renouvelé et apaisé !

Lumière de l’amour pour celles et ceux qui ont été blessés, meurtris, touchés  par un conflit, une séparation, ceux que la  solitude enserre. Viens redire ta promesse d’être en toi, réconciliés et guéris pour marcher ensemble vers la fête de Noël qui vient.

Lumière de la foi pour tous ceux et celles qui sont assaillis par le doute ou la peur du lendemain. Viens redire ta promesse d’être toujours écouté et exaucé de bien des manières par tous les signes que tu déposes sur nos chemins.

Oui, donne-nous Seigneur d’être les veilleurs dont le monde a besoin pour tenir jusqu’au bout de l’attente, éveillés et bien vivants, porteurs de cette lumière à protéger et garder contre tout ce qui vient la menacer et l’éteindre.

Que durant ce temps de l’Avent, nous sachions garder le sens des priorités pour toujours aller à l’essentiel le cœur vaillant et l’esprit ouvert.

Habite de ton Esprit de douceur et de paix tout ce qui se prépare pour les jours à venir malgré la pandémie, comme toutes les personnes que nous te confions maintenant…

Que ce temps de l’Avent nous conduise sur les traces de ton Fils, lumière du monde qui fait le jour en toute obscurité, par l’Esprit de vive clarté. Amen

 

🙌 Bénédiction

La bénédiction que nous vous proposons emprunte les mots à Ambroise de Milan (340-397) :

Ô mon Dieu, que la nuit je me souvienne de ton nom ; que jamais le sommeil, le plaisir, mes manques ne me fassent oublier l’honneur que je te dois.

Te méditant chaque jour, que je garde mon âme tournée et élevée vers toi.

Que rien ne puisse arrêter le vol de ma prière, afin que même la nuit mon cœur s’unisse à toi, à qui reviennent gloire et honneur aujourd’hui et à jamais.

Bonne entrée dans le temps de l’Avent !

Chaque dimanche soir à 19h, nous sommes invités à allumer une bougie devant notre fenêtre en signe de solidarité, soutien et de proximité. Belle semaine à vous.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :