Un feu sur la terre

 

Accueil

Le Duo Ambre a interprété la Danse rituelle du feu de Manuel de Falla (1876-1946) et donne ainsi le thème à ce culte autour du feu. Feu de bois bienvenu en ces temps d’hiver qui nous réchauffe. Et aussi feu intérieur de l’Esprit qui brûle en nous et réchauffe tout notre être, ravivant notre foi et notre espérance.

« Ils virent là un feu avec du poisson posé dessus et du pain », Jean 21, 9

Cher ami lecteur, chère amie lectrice,

Voici à nouveau notre rendez-vous hebdomadaire qui aimerait vous rejoindre là où vous êtes : bien au chaud dans votre intérieur. Peut-être aurez-vous à cœur d’allumer une bougie pour vous éclairer. Il sera justement question de chaleur pour ce culte que nous avons écrit ensemble : John Ebbutt et Jean-Marc Leresche, sur la base d’un tableau de Myriam Leresche, intitulé « Terre de feu ». Ce dernier sollicitera aussi votre regard et votre méditation, de manière à ce que nous soyons en liens les uns avec les autres par la beauté, les couleurs, la créativité, tout comme la Parole et la prière qui unissent. Nous vous souhaitons ainsi d’entrouvrir votre vie à la vive lumière d’un feu divin qui vient nous habiter. Que ce temps de culte soit pour chacun nourrissant !

Ouverture

« Ranime la flamme du don de Dieu qui est en toi », 2 Timothée 1, 16

Seigneur, notre Dieu,

Tu as placé en nous un don, une flamme : c’est la confiance et la foi. Aide-nous à en prendre soin, à raviver cette flamme aux heures sombres, afin qu’elle éclaire notre vie et nos relations.

En ce temps de culte, où nous sommes encore éloignés les uns des autres, apprends-nous, toujours et encore, à vivre de ce don que tu as déposé en nous et à le faire briller tout autour de nous, nous réchauffant et nous éclairant.

Seigneur, notre Dieu,

Nous t’apportons aussi toutes celles et tous ceux qui peinent à garder ce feu vivant en eux. Que ton Esprit les visite et ravive la flamme de l’espérance.

Amen.

Viens esprit de sainteté
Viens esprit de lumière
Viens esprit de feu
Viens nous embraser
Viens esprit du père, sois la lumière
Fais jaillir des cieux, ta splendeur de gloire
Viens esprit de sainteté
Viens esprit de lumière
Viens esprit de feu
Viens nous embraser
Esprit d’allégresse, joie de l’église
Fais jaillir des cœurs le chant de l’agneau
Viens esprit de sainteté
Viens esprit de lumière
Viens esprit de feu
Viens nous embraser
Fais-nous connaître l’amour du père
Et révèles-nous la face du Christ
Viens esprit de sainteté
Viens esprit de lumière
Viens esprit de feu
Viens nous embraser

Foyer

« N’y avait-il pas un feu qui brûlait au-dedans de nous quand il nous parlait en chemin et nous expliquait les Écritures ? », Luc 24, 32

Seigneur,

Dis-moi qui tu es, pour que je te connaisse, comme moi je suis connu

Tu es la Parole qui éclaire et la présence qui rayonne

Tu es le torrent qui dévale et la fontaine qui coule.

Tu  est la flamme qui dévore et le feu qui réchauffe.

Tu es le roc qui m’abrite et la pierre qu’on rejette.

Tu es la soif qui me brûle et la source qui m’apaise.

Tu es le soleil de midi et la lumière dans mes doutes.

Tu es l’ami fidèle et l’étranger sur ma route.

Tu es l’huile sur la plaie et le glaive de feu.

Tu es le levain de la pâte et le vin qui fermente.

Tu la faim qui tenaille et le pain qui nourrit.

Tu es l’ami que je cherche et l’importun à ma porte.

Tu es le chemin qui s’ouvre et la demeure qui m’accueille.

Tu es le visage du Père et le visage de l’ami.

Tu es ce foyer incandescent où nous retrouvons vie

Tu es Notre Dieu ! Merci !

Message

« Je suis venu allumer un feu sur la terre et combien je voudrais qu’il soit déjà allumé ! », Luc 12, 49

Nous vous invitons à regarder ce tableau avec attention. Quelles sont vos premières impressions ? Que fait-il naître comme émotions ? Vers quoi suis-je attiré ? Le ciel, la terre, les nuages, le feu ?  Y a-t-il un mouvement ?

Terre de Feu
Terre de Feu par Myriam Leresche

Comment comprendre ce feu sur la terre ? Détruit-il comme des flammes qui ravagent tout sur leur passage ? Ou est-ce que ce sont les nuages blancs qui se reflètent en jeu de miroir avec un orange flamboyant sur la terre ?

Sur la droite on semble deviner un buisson calciné. C’est vrai, le feu peut être destructeur. On dit qu’il dévore… Ce qui ravage notre terre depuis bientôt une année laissera bien des traces calcinées ici et là… Mais son passage favorise aussi une nouvelle végétation.

Mais pour ma part, la vivacité des couleurs chaudes qui vont de l’or au rougeoyant me rappelle ces feux de joie – crépitement des flammes nées d’un foyer allumé, danse du feu qui s’élève dans la nuit, douce chaleur qui réchauffe le visage et le corps… Mais aussi par contraste il y a une fraicheur dans le ciel entre eau et air, qui rend ce tableau équilibré et vivant. Comme si tout se répondait pour trouver sa place. Ou plutôt rendre notre terre habitée de ce qui ne peut que se propager comme des étincelles qui font briller le regard, comme des flammèches qui dilatent le cœur, comme le courage qui ne peut s’éteindre ni la foi se consumer à la lumière d’une parole de Jésus. « Je suis venu allumer un feu sur la terre », dit-il.

Le Feu, Activités De Plein Air, Nature
 

Allumer un feu de bois, c’est délicat. Il y a des feux qui s’embrasent tout seul, mais il suffit qu’il y ait du vent, que le bois soit encore vert, le temps humide, l’air froid, que l’on soit impatient ou distrait, alors faire du feu devient plus difficile. Voilà que ça fume, que le foyer s’éteint, qu’il faut s’y reprendre à plusieurs fois…

Quelques brindilles, du petit bois, une ou deux feuilles de papier, des bûches, une ou plusieurs allumettes, nous avons tous appris à faire naître de ces belles flammes claires qui jaillissent du bois qui crépite. C’est fascinant et c’est beau un feu vif qui luit.

Accueillir l’Esprit, laisser l’amour de Dieu nous enflammer c’est retrouver une ferveur, un vieux mot qui vient de feu ardent. Combien de feu se sont éteints alors qu’ils étaient pleins de promesses ? Ils n’étaient qu’un « feu de paille »….

Seulement la difficulté n’est pas de recevoir le feu, mais plutôt de l’entretenir. Car on dit d’un feu qu’il meurt, qu’il s’éteint, qu’il s’étouffe…

Oui, la flamme de la confiance n’est pas un acquis, reçue une fois pour toute, qui ferait plus ou moins partie de chacun.

Non, la flamme spécifique de l’Esprit, flamme de la Pentecôte, flamme d’un don, d’un Amour malgré toute la vigueur qu’elle peut créer, est aussi fragile, vulnérable, à la merci des coups de froid, mais aussi de l’inattention lorsque le bois vient à manquer. Elle peut se perdre lorsqu’il n’y a plus assez d’oxygène, de chaleur, d’espace pour l’alimenter. Alors le feu est en danger.

Comment nourrir son feu intérieur ? Comment rendre à notre terre un feu vivant, fait de chaleur humaine, d’espoirs éveillés, de signes éclairés ?

Sur le tableau le feu semble venir à nous. On dirait qu’il nous rejoint tout en ouvrant un large espace pour respirer, pour regarder plus haut, pour « s’encieler ». Il fait coexister les éléments.

Sunset, Sun, Nature, Abendstimmung, Ciel
 

« Je suis venu allumer un feu » dit Jésus: ne laissons pas la fatigue, l’oubli, les critiques, le manque, éteindre ce feu qui se nourrit à une Parole de vie, qui se renouvelle autour d’un foyer commun, qui s’oxygène dans la prière, qui désire prendre toujours plus de place en nous et autour de nous : feu sur la terre qui vient nous embraser.

On dirait presque sur le tableau qu’il « y a le feu au lac » pour reprendre une expression de chez nous ! Qu’aujourd’hui même la flamme de l’Esprit de Dieu, puisse briller et crépiter en nous avec joie pour qu’à l’image du Ciel elle réchauffe notre terre. Amen

Flammes à partager les uns avec les autres

« Il leur apparut alors comme des langues de feu et il s’en posa sur chacun d’eux », Actes des Apôtres 2,3

Un jour, Seigneur, ton Esprit a délié les langues pour te rendre témoignage. Un jour, Seigneur, ton feu a dépassé toutes les frontières pour annoncer ta gloire. Et tous se comprenaient.

Aujourd’hui, encore, la prière est cette langue qui dépasse les frontières et les mots. Mettons-nous à l’écoute de ton Souffle qui vient se déposer sur chacun et chacune qui nous fait parler et prier ; qui fait de nous tes témoins dans le monde.

Nous unissons nos cœurs, nos mains, nos bouches pour t’apporter tous nos soucis, nos doutes, nos espoirs, tout ce qui nous échappe et que nous maîtrisons pas. Nous te prions pour nos frères et nos sœurs d’ici et d’ailleurs.

Nous te remettons ceux que nous aimons et soutenons par notre communion, ainsi que les situations qui nous préoccupent.

Reçois notre prière pour tous ceux et toutes celles qui aident et soutiennent au-delà des frontières et des langues. Pour tous ceux qui parlent le langage de l’amour et de la fraternité.

Nous te prions aussi et surtout pour tous ceux qui ne connaissent que des mots de feu, destructeurs et violents. Qu’ils découvrent à leur tour que ce feu peut devenir chaleur et lumière.

Aujourd’hui, comme ce jour-là où ton Esprit a délié les langues, nous voulons aussi placer toute la confiance que nous mettons en toi. Inspire-nous des mots chaleureux, des mots lumineux. Et, Seigneur, nous faisons silence : « Parle, Seigneur, ton serviteur, ta servante, écoute… ». Amen

Dans nos obscurités
Allume le feu qui ne s’éteint jamais
Qui ne s’éteint jamais
Dans nos obscurités
Allume le feu qui ne s’éteint jamais
Qui ne s’éteint jamais

Envoi

« N’éteignez pas l’Esprit ! », 1 Thessaloniciens 5, 19

Que l’Esprit de Dieu vous habite comme une flamme avec douceur et force pour qu’il vous donne de rayonner avec paix

Que l’Esprit ravive vos cœurs d’amour et de chaleur, comme une bénédiction qui vous habite avec bonheur.

Amen.

Merci à Myriam Leresche d’avoir mis son tableau à disposition de notre méditation. Retrouvez celui-ci et beaucoup d’autres sur son site myacrylique.wordpress.com.  

Nous nous quittons avec Feux d’artifice de Claude Debussy (1862-1918), interprété par Guillaume Coppla.

Bon dimanche et belle semaine !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :